20 juin 2018

AmericanAirLine

Les hommes de ma vie sont des fétus, ils marchent sur les trottoirs de Santa Monica, leurs cordons ombilicales traînent dans les caniveaux. Mon père ne m’a pas reconnu, je ne reconnais pas les hommes. L’héroïne dilate le temps, la morphine dilate le temps. Je déteste ce monde où les larmes coulent sur mon visage. Flight_  AF 069. Is it not fucking sexy ? Ne plus avoir besoin de personne. Marcher dans les rues de New York.
Château Marmont tout le monde y meurt, mais qui ? Morisson à Paris, Marilyn chez elle, Jonathan Ryes Meyers pas encore. Les hommes de ma vie sont tristes. Je les aime parce qu’ils se détruisent, je les aime parce qu’ils se sentent inutiles, lâches. Nicolas est lucide. Il n’est pas un héro, mais l’héroïne est Nicolas. Attendre au pied du lit jusqu’à la fin des temps pour que l’on m’aime. Pas de couverture en mohair, pas d’oreiller en plume. Ce n’est pas à propos de sexe mais à propos d’anges. Les anges ne baisent pas, ils sont trop jeunes et dorment beaucoup.
Un nouveau papillon est dans mon cœur. Papillon de velours noir, papillon aux ailes de velours noir. Rencontre l’autre soir.  Ce papillon aime l’opéra. Chambre noir, je veux revoir ce papillon de velours noir. Je veux accrocher ce papillon de velours noir sur mon cœur. Pas de lumière blanche pour ce papillon de velours et moi une chambre noire. Ce papillon noir ne sera plus aveuglé par la lumière blanche. Elle restera accrochée sur mon pull YSL Homme. Je caresserai ses ailes de velours noir, elle ne quittera plus mon pull YSL Homme.
Elle ne se brûlera plus ses ailes dans une lumière blanche. Pendant une nuit ce papillon aux ailles de velours noir m’a faite rêver. C’était un rêve de nuit pour un papillon de nuit. La philosophie est la peur du danger.
_Ne prends pas les yeux de loup ! C’est à moi qu’il parlait vautré sur la table, l’homme qui photographiait la mort mieux que personne me disait, « ne prends pas les yeux de loup. » Baby le loup c’est moi, me dit Ali mon ami . Il faisait froid, nous étions les seuls à manger sur terrasse d’un restaurant Italien parce que les loups n’ont pas froid quand il neige. J’étais collée à Ali, il était le plus jeune de la meute, assistant du photographe qui photographiait la mort mieux que personne, peut-être parce qu’il l’incarnait, Ali me soufflait de l’air chaud, sa tête, son museau, était dans le creux de mon cou. Assise sur ses genoux,  il me sentait trembler, ses poils sa peau de loup m’enveloppaient. _Va te mettre au chaud, je te rejoins. Non viens on part. Mais les filles sont super belles baby, celle là, c’est la nouveau égérie de Dior, _ Nouvelle ! Ok and she’s my girlfriend, elle est pour toi aussi. Il me faisait rire, Ali me faisait toujours rire. Je regardais Peter Beard, il avait pour seul vêtement, 1 tee-shirt blanc sous une couverture « AméricanAirLine », 1 pantalon dégueulasse ses pieds nus dans des grolles de montagne ses chevilles gonflées crevées d’escarres me dégouttaient. Les filles étaient belles, j’en possédais une, une des plus belle. Je possédais un corps et un cerveau dont les pensées les plus brillantes et raffinées s’évacuaient par un estomac régurgitant l’absolu. My Bloody Valentine était l’otage d’elle même. Nous vivions dans le quartier de GOTHAM CITY l’hôtel de Batman, building de marbre noir sur la page 3 du Comic Strip. Nous avions laissé Ali et ses amis endormis sous la neige. De mon millième étage je regardais Manhattan dans son ère de glace, moi qui ne dors jamais. Qui voit l’enfer y part directement_ And so !

e.